DSCN1108

Pourquoi tu blogues?

juin 4, 2016 Vanessa - 8 commentaires

Bonjour, bonjour,

Comment allez-vous en ce Dimanche matin après la semaine pourrie que l’on vient de vivre?

Entre les inondations, le temps pourri, les grèves, je pense que personne n’a été épargné!

J’ai longuement réfléchi (surtout la nuit, vive les insomnies!) avant de me mettre à écrire ce post et c’est après avoir lu celui de la blogueuse Amélia de Nymphéa’s Factory que j’ai décidé de me mettre derrière mon écran et de déballer toutes les idées qui se bousculent dans ma tête par l’intermédiaire des touches de mon clavier…

Depuis quelques temps on me pose souvent des questions du genre « pourquoi tu blogues? ça te sert à quoi? c’est ton vrai métier?… »

Et finalement je crois que je ne vous ai jamais vraiment expliqué le vrai pourquoi du comment.

Je vais essayer de le faire dans ce billet. D’avance pardonnez mon éventuelle maladresse ou si les idées se mélangent, je vous les livre un peu comme elles me viennent, comme une conversation que l’on pourrait avoir si tout ceci n’était pas virtuel.

Commençons par le commencement.

Si vous avez lu la petite bio que j’ai écrite sur ce blog, vous savez que j’ai quasiment appris à marcher sur les podiums de défilés.

La mode pour moi, c’est comme inné, naturel… J’ai tout de suite adoré ça. L’ambiance des backstages, les mannequins femme que je trouvais incroyablement belles et qui ressemblaient à mes poupées Barbie en vrai, les paillettes, les peluches… Le rêve pour la petite fille que j’étais!

Malgré tout, j’ai toujours été une petite fille (et je le suis toujours) très renfermée, timide, solitaire.

Je me souviens que je pouvais passer des heures à organiser des défilés de mode pour mes Barbie dans le salon… Sous la table basse, je faisais les loges avec les vêtements, ensuite je disposais des boites à chaussures retournées pour faire le podium… C’était déjà mon univers et je m’y plaisais plus que n’importe où.

Ensuite la petite fille a grandi, toujours aussi solitaire. Je ne suis pas très douée pour lier de vraies amitiés et surtout les conserver, je ne sais pas pourquoi…

Peut être parce que beaucoup de pseudo « amies » se sont révélées moqueuses et m’ont trahie… Moi la petite fille fragile dispensée de sport avec tous ses problèmes de santé… Je ne sais pas mais en même temps, ça ne m’a jamais posé de réel problème et j’aimais me réfugier dans l’univers de ma chambre.

A l’adolescence, vous le savez si vous avez lu mon article consacré au sujet, j’ai souffert d’anorexie, ce qui m’a encore plus isolée et là seuls les vrais amis sont restés et m’ont aidé à traverser cette période si difficile.

Et la meilleure amie que j’ai toujours eue m’a sortie la tête de l’eau: la mode.

C’est quand on m’a dit que dans mon état je ne pourrais plus défiler que j’ai commencé à me reprendre en mains.

Je voulais remonter sur les podiums, repasser des castings… J’ai repris du poids, j’ai commencé le sport en douceur, j’ai remangé et j’ai même repris le lycée après trois ans de cours par correspondance.

DSCN1134

Arrive la période du lycée, mes plus beaux souvenirs…

Dans ma classe littéraire, je me suis fait plein d’amis, j’avais un copain que j’adorais (et que j’adore toujours d’ailleurs après toutes ces années!), les cours me passionnaient, j’étais heureuse comme jamais!

Je continuais à défiler ponctuellement et je passais mon temps libre à étudier l’art.

Ensuite, tout s’est enchainé très vite…

Fin Juin, le bac, je n’avais pas envie de quitter ma ville et mes amis, l’école d’art que je voulais faire était beaucoup trop chère, j’étais un peu perdue, une annonce dans le journal pour intégrer l’équipe de réception d’un hôtel de luxe, et voilà mon premier vrai job décroché!

Je me suis retrouvée dans l’hôtellerie, avec les horaires qui vont avec, plus de week-ends, les amis partis en études ou qui travaillent avec des horaires normaux, la bande de copains inséparables qui finit par exploser…

Je suis restée sept ans dans ce milieu que je ne connaissais pas du tout avant. J’ai eu la chance d’avoir des patrons qui m’ont formée, m’ont fait confiance et m’ont fait progresser jusqu’au poste de chef de service.

Il y a eu des hauts mais surtout beaucoup de bas je dois vous l’avouer, c’est un univers très dur qui demande énormément de rigueur.

Vous savez ce sentiment de ne pas être à votre place, vous connaissez?

J’ai voulu partir tellement de fois, mais pour faire quoi, avec juste le bac? Alors poussée par mon entourage j’ai persévéré, je suis restée.

En 2003, il y a eu mon rayon de soleil Miss Bourgogne, puis Miss France. Une expérience que je n’oublierai jamais et qui m’a redonné le goût de la mode.

En 2009, c’en était trop, j’ai tout plaqué. Ruptures à tous les niveaux aussi bien personnel que professionnel.

J’ai plaqué un CDI pour un CDD, une maison pour un petit appart mais j’avais besoin de ça pour me remettre sur pieds. J’étais épuisée physiquement et mentalement.

J’ai galéré pendant plusieurs années avant de trouver mon travail actuel.

Un travail pas dans mon domaine mais ici il ne faut pas être trop exigeant. Un travail qui me permet de vivre avec des horaires qui me laissent beaucoup de temps libre.

A ce stade, vous allez me dire mais pourquoi tu n’es pas partie chercher du travail ailleurs dans la mode si c’est ce que tu aimes tant?

DSCN1112

Et vous avez raison… Pourquoi? Et bien tout simplement à cause de la vie. Vous savez, vous rencontrez quelqu’un qui vit ici, vous pensez que ça va marcher, et puis non finalement… ça s’enchaine et au bout du compte vous êtes toujours là… Et puis il y a aussi la peur de l’inconnu, et d’autres raisons qui me sont encore plus personnelles et que je garde pour moi.

Donc le constat est là: Début 2014, j’ai un job mais il me manque quelque chose pour m’épanouir.

La mode me manque terriblement.

Je me revois encore derrière ma vitre les yeux dans le vague à chercher, à regarder à l’intérieur de mon cerveau où toutes les idées s’entrechoquent…

Il fallait que je trouve une solution. J’ai cherché sur internet et c’est là (après tout le monde!) que j’ai découvert les blogs.

Je me souviens être restée des heures à visiter les blogs de Pauline, Betty, Colline…

C’était ça que je voulais faire, partager ma passion tout en restant perdue dans ma province… Mais comment?

Je ne touche pas une bille en informatique, je n’ai pas les moyens de payer un webmaster… Alors j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai appris les bases sur le web. Au passage, un grand merci à Noémi de 1 blog, 1 fille qui m’a été souvent d’un grand secours.

Après plusieurs mois, des jours et des nuits à m’arracher les cheveux à essayer de déchiffrer les mystères de l’informatique, le blog était né!

Est venu ensuite le moment où je me suis posé la question de comment le blog allait être perçu, surtout ici dans l’Yonne où la mode et les nouveautés, on n’aime pas trop ça (j’exagère un peu mais pas trop^^) et surtout on adore parler sur les gens même si on ne les connait pas…

Qu’allaient en penser les gens? Allaient-ils se moquer de moi? Qui étais-je pour m’exposer et proposer des conseils?

Je crois que j’ai dû me poser ces questions pendant une bonne journée et puis l’engouement et l’excitation de rejoindre la blogosphère a été plus fort et voilà, j’ai appuyé sur le bouton « mettre en ligne » le 05 Mai 2014.

Je me suis ensuite rendue compte que mon idée lumineuse, des milliers d’autres filles l’avaient eue avant moi et que se faire une petite place dans le milieu serait très compliqué (mais vraiment très compliqué!).

Là encore, il y a des hauts (beaucoup en grosse partie grâce à vous) et des bas (gros moments de doute)…

Pourquoi je doute?

Parce que je ne suis pas une blogueuse avec un univers marqué comme Fériel du blog « Matoushi’s » ou encore Coralie de « Elles en parlent » pour n’en citer que deux parmi mes blogueuses préférées.

Je n’ai pas d’univers particulier, mon style est plutôt casual, je ne suis pas à fond dans un domaine (make up ou sport par exemple…), je n’ai pas une vie parfaite dans une maison blanche à la déco tropicale, je ne sors pas tous les soirs dans des lieux incroyables, je n’ai pas un budget extensible pour vous présenter des vêtements incroyables, je n’arrive pas à avoir 10k de followers sur Instagram…alors parfois je me demande ce que je peux apporter…

Et puis quand je suis en plein doute, je reçois un joli commentaire, un message, une demande de partenariat d’une marque et la jauge d’énergie remonte en flèche!

En parlant de partenariat d’ailleurs, certaines les cachent. Pour ma part, je préfère être totalement transparente avec vous et vous savez que mon avis est toujours sincère même si j’ai eu le produit gratuitement (je ne dis pas en cadeau parce que quand je calcule le temps que je passe pour vous faire un retour produit, si on ramène au taux horaire, ce n’est pas cher payé… Bref!).

Pour moi, travailler avec les marques est essentiel pour me permettre de vous présenter des nouveautés, faire progresser le blog et pouvoir vous gâter aussi souvent que je le peux.

Et si un jour je peux décrocher un job passionnant grâce au blog et aux marques alors là ce sera la cerise sur le gâteau!

DSCN1115

Un dernier point que je voulais aborder dans ce billet fleuve (pardon pour la longueur mais j’avais besoin de parler!), c’est la blogueuse en province qui plus est dans une petite ville.

Bien souvent quand il m’arrive de parler de mon blog dans la région on me regarde avec de gros points d’interrogation dans les yeux… Un Blog? C’est quoi?

Et bien un blog ça sert à plein de choses et ça peut même profiter un peu à la ville, oui oui!

Un blog ça me sert déjà à exprimer ma passion, à partager ce que j’aime, mes bon plans, mes looks, à échanger avec ma communauté que j’adore et qui pour certaines d’entre vous sont devenues aujourd’hui mes amies, à travailler avec des professionnels que j’admire…

Mais un blog ça peut servir aussi à faire découvrir des magasins, des collections, donner envie aux gens d’acheter telle ou telle chose, d’aller dans tel ou tel restaurant, de porter tel ou tel vêtement…

Les grandes villes l’ont bien compris, les eshops aussi mais ici, à part quelques commerçants… on reste dans un gros flou artistique!

Et c’est dommage parce que j’aimerais vraiment développer ce genre de chose là où j’habite et avoir une communauté locale plus importante mais pour le moment ça stagne…

Mais rassurez-vous, je n’ai pas dit mon dernier mot et la persévérance ça me connait! Je ne désespère pas encore de faire de l’Yonne la capitale de la mode (rêver ne coute rien!!!).

Bref, tous ces mots pour vous dire que oui je blogue, oui j’adore ça et j’espère qu’un jour ça deviendra mon métier à plein temps et je compte bien travailler encore dur pour y arriver…

Même si je ne suis qu’une trentenaire très rêveuse (trop parfois) passionnée de mode et de beauté sans univers ni style particulier… Je suis juste moi. Je vous au parlé à cœur ouvert et ça fait du bien.

J’espère ne pas vous avoir endormis! Merci d’être restée avec moi jusqu’au bout!

Je vous souhaite un bon dimanche et à mardi pour un nouveau post (tout à fait normal c’est promis!)

Bisous!

sign