Back to home
Maternité

Post partum: ce que j’aurais aimé savoir

Aujourd’hui, nous allons aborder un sujet qui fait de plus en plus de bruit depuis quelques temps et notamment sur les réseaux sociaux: le post partum.

Post partum kézako?

Ne riez pas mais jusqu’à il y a peu, je n’avais jamais entendu ces termes (ou je n’y avais pas prêté attention) et je ne savais pas de quoi il s’agissait… La preuve que le sujet était assez tabou!

Et bien le post partum est « la période qui s’étend de la fin de l’accouchement jusqu’au retour de couches (premières règles après la grossesse)« . Ce n’est pas moi qui l’invente, c’est Wikipédia qui le dit.

Quand on imagine avoir un bébé ou quand on est enceinte, on idéalise bien souvent cette période où l’on découvre son enfant et sa nouvelle vie de maman.

Sauf que, contrairement à la période pré accouchement, je trouve que la préparation est plus que succincte et qu’elle réserve son lot de surprises (bonnes et mauvaises!).

Alors tout comme j’ai pu vous partager ma grossesse au fil des trimestres (premier, deuxième et troisième trimestre), j’ai décidé de vous donner mon ressenti sur le « quatrième trimestre » et le fameux post partum.

Post partum, pourquoi autant de tabous?

Déjà que pendant que l’on est enceinte on découvre plein de petits désagréments, vite éclipsés par les immenses joies procurées par la vie qui grandit dans notre ventre, la période post partum est celle dont on ne parle pas

A croire que si on prononce son nom, le ciel va nous tomber sur la tête!

Au cours des neuf mois de grossesse, on est suivi médicalement, on voit gynécos et sages-femmes qui sont là pour répondre à nos questions et nous rassurer mais ce que j’ai senti après la sortie de la maternité c’est « voilà ton fils, débrouilles-toi avec!« .

Oui mais ce petit être n’est pas livré avec le mode d’emploi et moi je me sens toute bizarre…

Je me suis donc retrouvée totalement démunie avec mon fils d’un côté que j’avais rencontré quelques jours auparavant et dont je ne connaissais rien, et moi de l’autre qui venait de subir une césarienne et qui ne savait pas trop si tout ce qui arrivait à mon corps était normal.

Comme si on crevait une bulle

Vous voyez une bulle que l’on crève et qui explose en plein vol… C’est un peu ce que j’ai ressenti à mon retour à la maison.

Fini les rendez-vous médicaux programmés régulièrement, fini les gens qui prennent soin de toi… J’avais été dans un cocon de bien-être pendant neuf mois et tout était fini.

Au lieu de cela, j’avais une cicatrice qui certes allait bien mais tout de même (il faut savoir que la cicatrice interne d’une césarienne met un mois à se refermer totalement), ce n’est pas rien une césarienne, une fatigue liée à l’opération et aux premières nuits blanches passées avec bébé, des hormones qui faisaient la fiesta, des saignements interminables… Et une tonne de questions!

Sans compter la nouvelle petite personne qui avait rejoint la famille et qui demandait une attention toute particulière de jour comme de nuit.

Est-ce qu’il a chaud, froid? Qu’est-ce que c’est ce petit bouton? C’est normal cette couleur de caca? Il a assez mangé? Je peux le coucher ou c’est trop tôt? Il dort beaucoup? Ou pas assez? Pourquoi pleure-t-il? … Dans ma tête c’était le chaos (et ça l’est encore parfois aujourd’hui après trois mois!).

Alors il y a bien les rendez-vous de suivi médicaux mais, honnêtement, je trouve qu’ils ne sont pas assez nombreux… Surtout au début!

A raison de 1000 questions par jour sur le bébé, il faudrait mettre une hotline à disposition des jeunes parents!

On ne nous prépare pas assez au post partum et c’est bien dommage…

Une jeune maman dépassée par les événements

Vous voulez que je vous donne un des traits les plus marquants de ma personnalité? Je me mets une pression énorme pour tout et je refuse toujours de demander de l’aide de peur de déranger.

Et à tout vouloir gérer toute seule, parfois c’est compliqué… Très compliqué!

Au retour de la maternité, ça allait car mon mari était en vacances et présent à mes côtés. On a pu se relayer et j’ai pu me remettre assez vite de ma césarienne et continuer à travailler sur le blog.

Mais une fois qu’il a repris le travail… Aïe aïe aïe, j’en ai bavé et je me suis sentie terriblement seule!

Gérer les nuits avec bébé, enchainer les journées tout en s’occupant de la maison, en continuant de travailler (vis ma vie de free lance!)… Est-ce que quelqu’un peut me dire une fois pour toute que je ne suis pas wonder woman et qu’à un moment il faut lâcher prise?

Au fond, je crois que c’est ça la clé, il faut accepter de lâcher prise.

Le ménage n’est pas fait? Pas grave. On est encore en pyjama avec de la bave de bébé sur l’épaule à midi? Pas grave. On a pas répondu à tous ses mails? Pas grave.

L’essentiel est de prendre soin de soi et de bébé.

Post partum: Ce que je ne savais pas d’un point de vue physique

Votre corps a changé pendant neuf mois. Il lui en faudra à peu près tout autant pour revenir à la « normale ».

Après l’accouchement, le ventre est encore tout gonflé et mou. J’ai eu beaucoup de mal à le toucher au début. Cette sensation était très bizarre.

Aujourd’hui ça va mieux mais la peau est encore détendue et j’ai hâte de reprendre le sport pour retrouver un peu de fermeté.

Mais pour cela il faudra attendre la fin de la rééducation du périnée.

Encore un terme que l’on apprend que lorsque l’on est enceinte… Le périnée, si vous l’ignorez, c’est un groupe de muscles qui soutient vos organes (vessie, utérus, intestins).

Etant donné qu’il a été mis à rude épreuve pendant la grossesse en supportant le poids de bébé, il faut le remuscler afin d’éviter des fuites urinaires ou encore une descente d’organes.

Cette rééducation n’a rien d’agréable et j’étais à mille lieux d’imaginer ce que c’était avant de tomber enceinte!

En plus de tout cela, après l’accouchement il y a les saignement ou « lochies » qui sont plus ou moins abondants selon les femmes, les tranchées (douleurs de contractions de l’utérus qui revient à sa taille normal), les organes qui reprennent leur place initiale, et la fatigue… Beaucoup de fatigue!

Pour ma part, j’ai également pris presque une pointure de chaussure… Chose qui ne me réjouit pas du tout!!! et j’ai d’importantes douleurs au dos et aux articulations. La joie quoi!

Penser à sa contraception à peine le bébé sorti

Dernier point auquel je n’avais pas pensé: le retour de la contraception.

C’est lors d’un de mes derniers rendez-vous de préparation à l’accouchement que mon sage-femme avait abordé le sujet. Il m’avait dit que durant mon séjour à la maternité on allait me demander si je souhaitais une prescription de pilule.

Pour moi, suite à mon précédent dérèglement hormonal, ma décision était vite prise: hors de question de reprendre ne serait-ce qu’une infime dose d’hormones.

J’ai donc opté pour un stérilet au cuivre qui m’a été posé par mon gynéco six semaines après la césarienne.

J’avoue que je n’étais pas prête. A peine remise sur pieds, il fallait déjà penser à tout cela… Bref, si vous souhaitez un article sur mon ressenti par rapport au stérilet, n’hésitez pas à le dire en commentaire ou en message privé!

Post partum: Ce que je ne savais pas d’un point de vue émotionnel

Habituellement, je suis quelqu’un de sensible… Mais alors là, je suis devenue hyper sensible!

Je peux pleurer pour tout et n’importe quoi… Une chanson, des souvenirs, un film, une pub… et paf les larmes montent et je déteste ça! Oui je suis une personne qui n’aime pas montrer ses émotions.

Je ne vous parle même pas de tout que je ressens vis à vis de mon fils!

Amour inconditionnel (moi qui avais peur de ne pas avoir l’instinct maternel… Je l’ai pris en pleine tête le premier soir à la maternité quand il était dans mes bras et qu’il a baillé de la plus mignonne des manières qui soient… Et là j’ai les larmes qui montent, ça recommence!), angoisse de mal faire, immense joie quand je le vois heureux et détendu, démunie quand il pleure et que je n’arrive pas à le calmer, peur de le laisser alors que j’ai trouvé une super nounou… Mon cerveau oscille entre séisme, tsunami, tornade ou tremblement de terre.

Et tout ça, c’est dur à supporter… Heureusement que j’ai un mari qui me soutient et qui est un super papa!

Par chance je n’ai pas eu de gros baby blues, ou du moins il est passé relativement inaperçu mais je ne peux que comprendre les femmes qui font des dépressions post partum.

Cette période est tellement dure, remplie de chamboulements et d’ascenseurs émotionnels… Sans compter que dans mon cas, je n’ai que mon fils à m’occuper. Je n’ai pas d’autres enfants.

Vraiment les mamans sont des warriors!

Dans quelques jours je reprends le travail et très sincèrement, je trouve la durée du congé maternité beaucoup trop courte. Est-ce que je vais m’en sortir? Affaire à suivre au prochain épisode!

Post partum: Où est le mode d’emploi de bébé?

Autre aspect du post partum et non des moindres, il faut faire connaissance avec son enfant.

Les premiers jours, c’est assez simple. Il dort, mange, fait caca et répète ce schéma à peu près toute la journée.

C’est ensuite que ça se gâte!

Il se met à hurler le soir venu et on ne sait pas pourquoi… Ce sont les pleurs de décharge. Si quelqu’un avait pu m’en parler ça m’aurait évité de paniquer (merci Google pour tes précieux renseignements!).

Il se tortille, pleure souvent, a des gaz… Ce sont les coliques du nourrisson. Personnellement, je pensais qu’elles arrivaient beaucoup plus tard. Encore une fois, je n’étais pas prête et c’est pour cela que je vous ai écrit un article dédié aux coliques avec mes astuces pour les soulager. Cette période a été atroce à supporter pour mon petit cœur de maman!

Il vomit un peu de lait… Pas de panique, il régurgite simplement ou avait un rot coincé. La première fois que ça m’est arrivé, j’ai complètement paniqué. Heureusement que des super mamans ont volé à mon secours avec des mots rassurants sur Instagram!

Il est couvert de petits boutons rouges sur le torse… Il a juste trop chaud et ce sont des boutons de chaleur. Rien de grave.

Il a l’air d’avoir des glaires dans la gorge et encore plus lorsqu’il pleure… Ce n’est rien du tout, juste un peu de lait qui remonte quand il s’énerve… ça passera avec le temps.

Mais bon sang pourquoi ne nous fournit-on pas un livret avec des explications sur les bébés après la naissance?

Ne pas savoir c’est encore une fois se sentir un peu plus démunie à chaque fois!

 

Voilà pour ce long billet concernant le post partum. J’ai essayé de synthétiser mais il y a encore tant à ajouter.

Je n’ai par exemple pas abordé le sujet de l’allaitement car il ne me concerne pas.

Tout ce que je peux vous dire c’est que nous ne sommes pas assez informée sur le post partum et c’est très dommage.

On devrait être mieux préparées à l’après. Je pense même que cela pourrait aider à moins tomber dans la dépression post partum.

Une fois de plus, j’ai écrit comme si je parlais à une copine.

Vous excuserez le manque de structure de ce billet qui, je l’espère, pourra tout de même vous aider.

Et vous, dites-moi, comment avez-vous vécu votre post partum?

Prenez soin de vous et à très vite!

 

 

 

By Vanessa, 12 novembre 2020
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A Propos
Hello! Vanessa, 36 ans, Auxerre
Complètement dingue de mode et de beauté, mais pas que... Bienvenue sur mon blog où règnent les ondes positives!
Rejoignez-moi sur Instagram!
Instagram API currently not available.
Bienvenue sur mes réseaux!
Retrouvez toutes mes inspirations sur Pinterest!
Archives
Instagram API currently not available.